POURQUOI SOMMES-NOUS CONTRE LES MOUVEMENTS SPÉCIFIQUES ?

Publié le par Collectif Feignasse

Car pour nous, ne pas envisager la critique révolutionnaire du point de vue de la totalité, par des groupes d'individus réellement autonomes, c'est tomber dans la critique partielle aux concessions opportunistes. Ce réformisme, la bourgeoisie l'intègre facilement. Notre critique et nos exigences révolutionnaires doivent porter sur tout les aspects de notre vie quotidienne, aussi bien que sur tous les éléments des systèmes bureaucratiques autoritaires et capitalistes. (...)

C'est la politique de la petite bourgeoisie qui ne se trouve pas si mal dans le système bourgeois, vu son niveau économique et culturel, et ne critique que des points de détail en vue de l'aménagement de celui-ci, au lieu de vouloir la destruction et le dépassement le plus rapide de cette société de classe. Il importe de rattacher chaque critique à la totalité : la rendre irréductible.

Front de Libération des Jeunes
Des prolétaires révolutionnaires contre les nouveaux dirigeants, 1971 (extraits).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article