FIDEL CASTRO CONTRE LES ANARCHISTES

Publié le par Feignasse irrécupérable

 

Un regard anarchiste sur le leader de la révolution cubaine.

Agustin Souchy était un anarchiste allemand, un spécialiste des révolutions. Il a été invité par le gouvernement de Fidel Castro à étudier la révolution cubaine naissante. Lorsque le gouvernement a lu ce qu’il avait écrit, il a fait brûler l’édition de « Témoignages de la révolution cubaine » et Souchy a réussi à s’échapper de Cuba à temps.

Les anarchistes, qui ont l’habitude d’être persécutés par des gouvernements de toutes sortes, avaient pris la précaution d’envoyer préalablement un exemplaire du livre en Argentine, où les anarchistes de la Federación Libertaria Argentina l’ont édité. Grâce à eux, nous pouvons savoir ce que Souchy a vu à Cuba, où il a prévu des choses qui, plus tard, peu à peu et malheureusement, se sont réalisées.

Et ce ne sont pas seulement les anarchistes qui ont été persécutés, mais aussi les homosexuels, qui ont été enfermés dans des camps de concentration. La révolution cubaine est née d’un éventail bien plus large que les idées communistes qui s’y sont ajoutées par la suite. L’influence anarchiste à Cuba était forte, non seulement depuis des temps immémoriaux lorsque les idées anarchistes ont été apportées à Cuba par Enrique Roig San Martín, mais aussi parce que c’était l’un des pays où de nombreux anarchistes se sont exilés après la chute de la République en Espagne, et parmi ces exilés anarchistes se trouvaient les parents de Camilo Cienfuegos. Les couleurs rouge et noire du drapeau du 26 juillet sont un autre signe de l’influence anarchiste à Cuba. Un autre milicien anarchiste en Espagne, plus tard exilé de Cuba, était Abelardo Iglesias, qui dans son livre « Dictature et révolution à Cuba » raconte des histoires similaires à celles de Souchy.

Les anarchistes cubains ont participé à la révolution, mais après l’arrivée au pouvoir de Castro, ils ont été emprisonnés, torturés et exilés. Sans parler du fait qu’ils ont vu comment les communistes cubains conduisaient la révolution vers des intérêts qui n’étaient pas ceux pour lesquels le peuple s’était battu. Quelque chose de similaire à ce qu’ils avaient déjà vu en Espagne dans les années 30.

La dictature de Batista, avant celle de Castro, avait été soutenue par les communistes, toujours pionniers dans la trahison des bonnes causes. D’autres anarchistes cubains étaient les frères Moscou, dont l’un a été torturé à l’extrême par la police politique de Castro. Certaines sources disent qu’en apprenant cela, Cienfuegos, qui n’était pas anarchiste, a eu une grosse dispute avec Raúl Castro et quelques jours plus tard il a disparu dans « un avion qui est tombé dans la mer », nous ne le saurons jamais avec certitude, comme lorsqu’il s’agit d’une affaire d’État. Mon respect ira toujours aux gens du peuple, véritables protagonistes et seuls maîtres des révolutions. La « dictature prolétarienne provisoire » de Castro a duré 57 ans.

J’ai lu quelque part que personne n’a fait autant pour les pauvres que Castro et je me demande comment alors il y a encore des pauvres à Cuba alors que la bureaucratie du PC vit très bien sans manquer de rien, car le blocus, disons-le, est subi par le peuple, pas par la caste dirigeante.

Je me souviens de ma naïveté d’adolescent, je n’ai pas tardé à avoir 18 ans et à devoir faire la colimba, le service militaire. C’était mon tour, je n’avais pas prévu de la faire, et c’est pourquoi j’ai fait faire mon passeport, avec l’idée d’aller à Cuba. Heureusement, ils ont retiré la colimba d’Argentine, après l’assassinat du soldat Carrasco, mais si j’étais allé à Cuba, j’aurais peut-être non seulement fait la colimba là-bas aussi, mais pendant encore plus longtemps qu’en Argentine.

Vous devriez savoir que l’autoritarisme est méprisable, quelle que soit sa couleur, tout comme les forces de police, les armées et les États. L’autoritarisme ne disparaît pas par magie en l’habillant de rouge. Castro était également un allié de la dictature de Videla, lorsque le parti communiste pourri a demandé un soutien « critique » à la pire dictature que l’Argentine ait jamais connue, tout cela à cause des accords que l’URSS avait conclus avec les dictateurs locaux. Les avocats du PC, dont certains ont des parents disparus, se sont vu interdire de défendre les guérilleros argentins.

Un neveu de Che Guevara a dénoncé ces choses ici. De nombreux Cubains ont quitté Cuba, et pas seulement les riches. Les riches ont rapidement montré, comme en URSS auparavant, qu’ils pouvaient s’adapter au communisme où, après tout, les privilèges continuaient d’exister, l’État n’ayant jamais été aboli. Et si les riches sont partis, ils ne sont pas allés sur des radeaux, et où de nombreux Cubains iraient-ils sur des radeaux si ce n’est aux États-Unis, qui ne sont qu’à quelques kilomètres ? Nous n’attendons pas d’eux qu’ils se rendent en Europe.

Je ne suis pas du tout d’accord pour confiner tous les opposants au castrisme au concept de « ver de terre ». On peut être contre la droite mais aussi contre le castrisme. La révolution cubaine a été faite par le peuple, pas par Fidel Castro. Éduquons nous à ne pas suivre les leaders, de cette façon, les révolutions seront immortelles, car elles seront construites sur des bases solides, et non sur les têtes qui vivent aujourd’hui et meurent demain. Je suis convaincu que la révolution cubaine est morte il y a longtemps. Castro nous a également fait remarquer que nous devions soutenir le kirchnérisme (1) ici, n’est-ce pas ? Le fait de le dire nous met-il du côté de Macri (2) ? Pas du tout.

Je me souviens du vieil Ariel, un vieux libraire anarchiste de Rosario, quand nous parlions de ces choses, il me disait à juste titre : « ce sont les enfants rouges du Vatican ». Accuser les gens d’être des vers de terre et des droitiers sert parfois à dissimuler et à justifier les avantages dont bénéficient certains aujourd’hui. Apprenons-leur à penser, pas à suivre, faisons en sorte que le mot socialisme aille de pair avec le mot liberté, comme l’a dit le gros Bakounine il y a plus d’un siècle et demi, et il a poursuivi en rappelant toutes les atrocités commises en Russie par la suite.

C’est la seule façon de parvenir sérieusement à une société plus juste, au-delà des slogans de la propagande officielle, sinon nous ne ferons que répéter encore et encore divers capitalismes d’État. Éduquons dans la liberté, pas dans l’endoctrinement. Une société d’égaux n’a pas de « commandants » ou de patrons, car alors elle ne serait plus égale. Étudions les anonymes qui ont pris part à cette révolution, remontons aux sources, aux personnes inconnues aujourd’hui, et peut-être sauverons-nous quelque chose de tout cela.

Juan Manuel Ferrario

1. Le Kirchnerisme est un mouvement politique argentin de centre-gauche majoritairement orienté vers le péronisme, créé en 2003, réunissant les principales idéologies appliquées au cours des gouvernements des présidents Néstor Kirchner et Cristina Fernández de Kirchner de 2003 à 2015. Ensemble, ils ont occupé le Pouvoir Exécutif fédéral argentin 12 ans, période dénommée par leurs partisans « la Décennie Gagnée ».

2. Mauricio Macri est un homme d’affaires et homme d’État argentin, président de la Nation argentine de 2015 à 2019. En 2003, il fonda le parti centriste Engagement pour le changement, qui adhère à Proposition républicaine (PRO). Il devint député en 2005 et chef de gouvernement (maire) de Buenos Aires en 2007. Il fut élu président de la Nation au second tour de l’élection présidentielle de 2015, avec 51,3 % des voix. Il succèda à Cristina Fernández de Kirchner.


http://www.polemicacubana.fr/?p=16098#more-16098

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article