SOULÈVEMENT AU KAZAKHSTAN

Publié le par Feignasse irrécupérable

 

 

Un soulèvement à grande échelle a éclaté au Kazakhstan en réponse à la hausse du coût de la vie et à la violence du gouvernement autoritaire. Des manifestants ont saisi des bâtiments gouvernementaux dans de nombreuses régions du pays, notamment à Almaty, la ville la plus peuplée, où ils ont temporairement occupé l'aéroport et mis le feu au Capitole. Au moment où nous publions cet article, la police a repris le centre-ville d'Almaty, tuant au moins des dizaines de personnes dans le processus, tandis que des troupes de Russie et de Biélorussie arrivent pour se joindre à elles pour réprimer les manifestations. Nous devons aux personnes victimes de cette répression d'apprendre pourquoi elles se sont soulevées. Dans le rapport suivant, nous présentons une interview avec un expatrié kazakh qui explore ce qui a poussé les gens au Kazakhstan à se révolter et explore les implications de ce soulèvement pour la région dans son ensemble.

Nous devons comprendre le soulèvement au Kazakhstan dans un contexte mondial. Ce n'est pas simplement une réaction à un régime autoritaire. Les manifestants au Kazakhstan réagissent à la même augmentation du coût de la vie que les gens protestent partout dans le monde depuis des années. Le Kazakhstan n'est pas le premier endroit où l'augmentation du coût du gaz a déclenché une vague de protestations – exactement la même chose s'est produite en France, en Équateur et ailleurs dans le monde, sous un large éventail d'administrations et de formes de gouvernement.

"Ce qui est significatif à propos de ce soulèvement particulier, alors, n'est pas qu'il soit sans précédent, mais qu'il implique des personnes confrontées aux mêmes défis auxquels nous sommes confrontés, partout où nous vivons."

L'urgence avec laquelle la Russie agit pour aider à réprimer le soulèvement est également significative. L'Organisation du traité de sécurité collective [OTSC], une alliance militaire composée de la Russie, l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan - la Russie étant le chef de file - s'est engagée à envoyer des forces au Kazakstan. C'est la première fois que l'OTSC déploie des troupes pour soutenir un pays membre ; elle a refusé d'aider l'Arménie en 2021, lors de son conflit avec l'Azerbaïdjan.

Il est instructif que la guerre entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan n'ait pas justifié l'intervention de l'OTSC, mais un puissant mouvement de protestation le fait. Comme dans d'autres projets impériaux, la principale menace pour la sphère d'influence russe (la « Rusosphère ») n'est pas la guerre, mais la révolution. La Russie a considérablement profité de la guerre civile en Syrie et de l'invasion turque du Rojava, dressant la Syrie et la Turquie l'une contre l'autre pour prendre pied dans la région. L'un des moyens par lesquels Vladimir Poutine a conservé le pouvoir en Russie a été de rallier des patriotes russes pour le soutenir dans les guerres en Tchétchénie et en Ukraine. La guerre – la guerre perpétuelle – fait partie intégrante du projet impérial russe, tout comme la guerre a servi le projet impérial américain en Irak et en Afghanistan. La guerre est la santé de l'État, comme l'a dit Randolph Bourne.

Toute la nuit, il y a eu des explosions, des violences policières contre des personnes, et certaines personnes ont incendié des voitures de police, y compris des voitures au hasard. Maintenant, les gens marchent dans les rues principales et quelque chose se passe près d'Akimat (le bâtiment du parlement).

Les soulèvements, en revanche, doivent être réprimés par tous les moyens nécessaires. Si les millions de personnes dans la Rusosphère qui languissent sous une combinaison de kleptocratie et de néolibéralisme voyaient un soulèvement réussir dans l'un de ces pays, ils se hâteraient d'emboîter le pas. En regardant les vagues de protestation en Biélorussie en 2020 et en Russie il y a un an, nous pouvons voir que de nombreuses personnes sont enclines à le faire même sans espoir de succès.

Dans les démocraties capitalistes comme les États-Unis, où les élections peuvent troquer un gang de politiciens égoïstes contre un autre, l'illusion du choix elle-même sert à détourner les gens de l'action pour apporter un réel changement. Dans les régimes autoritaires comme la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan, il n'y a pas une telle illusion ; l'ordre régnant n'est imposé que par le désespoir et la force brutale. Dans ces conditions, tout le monde peut voir que la révolution offre la seule voie à suivre. En effet, les dirigeants de ces trois pays doivent leur pouvoir à la vague de révolutions qui a eu lieu à partir de 1989, entraînant la chute du bloc de l'Est. On ne peut guère reprocher à leurs sujets de se douter que seule une révolution pouvait changer leur situation.

Révolution, mais dans quel but ? Nous ne pouvons pas partager l'optimisme des libéraux qui imaginent que le changement social au Kazakhstan sera aussi simple que chasser les autocrates et organiser des élections. Sans changements économiques et sociaux en profondeur, tout changement purement politique laisserait la plupart des gens à la merci du même capitalisme néolibéral qui les appauvrisse aujourd'hui. Et de toute façon, Poutine n'abandonnera pas si facilement. Un véritable changement social, en Rusosphère comme en Occident, exigera une lutte prolongée. Renverser le gouvernement est nécessaire, mais pas suffisant : pour se défendre contre les futures impositions politiques et économiques, les gens ordinaires devront développer le pouvoir collectif sur une base horizontale et décentralisée. Ce n'est pas l'œuvre d'un jour ou d'une année, mais d'une génération.

Ce que les anarchistes doivent contribuer à ce processus, c'est la proposition que les mêmes structures et pratiques que nous développons au cours de la lutte contre nos oppresseurs devraient également servir à nous aider à créer un monde meilleur. Les anarchistes ont déjà joué un rôle important dans le soulèvement en Biélorussie, montrant la valeur des réseaux horizontaux et de l'action directe. Le rêve du libéralisme, de refaire le monde entier à l'image des États-Unis et de l'Europe occidentale, s'est déjà avéré creux - les États-Unis et l'Europe occidentale sont impliqués dans de nombreuses raisons pour lesquelles les efforts pour réaliser ce rêve ont échoué, en Égypte et au Soudan et ailleurs. Le rêve de l'anarchisme reste à tenter.

En réponse aux événements au Kazakhstan, certains supposés « anti-impérialistes » répètent comme un perroquet le sujet de discussion intemporel des médias d'État russes selon lequel toute opposition à tout régime allié à la Russie de Poutine ne peut être que le résultat d'une intervention occidentale. Cela est particulièrement flagrant lorsque les nations de la sphère d'influence de la Russie ont largement abandonné toute prétention au socialisme, se livrant au type de politique néolibérale qui a déclenché la révolte au Kazakhstan. Dans une économie capitaliste mondialisée, dans laquelle nous sommes tous soumis au même profit et à la même précarité, nous ne devons pas laisser les puissances mondiales rivales nous monter les uns contre les autres. Nous devrions voir à travers toute la mascarade. Faisons cause commune à travers les continents, échangeons tactiques, inspirations et solidarité afin de réinventer nos vies.

Les gens ordinaires du Kazakhstan qui se sont soulevés cette semaine ont montré jusqu'où nous pouvons aller et jusqu'où nous devons aller ensemble.

https://fr.crimethinc.com/2022/01/06/the-uprising-in-kazakhstan-an-interview-and-appraisal

https://twitter.com/HannaLiubakova/status/1478987772027416576

DÉMISSION DU GOUVERNEMENT SOUS LA PRESSION DE LA RUE

La situation semble s’empirer pour le président Kassym-Jomart Tokaïev qui vient de présenter la démission de son gouvernement suite à des manifestations protestant contre la hausse des prix du gaz et de l’essence (ça vous rappelle rien ?).

Un comble pour ce pays très riche en hydrocarbures parmi les plus gros producteurs de pétrole, qui possède aussi un quart des réserves d’uranium dans le monde. C'est également le 2e pays fournisseur de pétrole pour la France (chiffres de 2019. C'était même le 1er en 2018)

Le vice-président Alikhan Smailov a été nommé premier ministre par intérim. Des affrontements très violents ont eu lieu entre les insurgés et l’armée accompagnée de la police, notamment à Almaty, capitale économique (la capitale ayant était transférée à Astana il y a quelques années). On parle de dizaines de blessés, plus de 200 arrestations et comme partout dans ce genre de situation, de grenades assourdissantes et lacrymogènes contre des jets de projectiles. A la base, ces mobilisations auraient démarré à Jañaözen, dans le sud du pays, en bordure de la mer Caspienne, dans une zone riche en matières premières.

Cette région avait déjà été marquée en 2011 par une répression terrible qui avait fait 14 morts, alors que se mêlaient une célébration pacifique des vingts ans de l’indépendance et des revendications pour de meilleurs conditions de vie.

Aujourd’hui le soulèvement s’est répandu dans tout le pays. Les concessions du gouvernement sur le prix du gaz n’y changent rien et les revendications évoluent vers le désir de meilleures conditions de vie, de lutte contre la corruption et les inégalités ou encore le désir de liberté (ça vous rappelle quelque chose?). Il est difficile d’obtenir des informations d’autant qu’elle sont filtrées et parviennent péniblement à franchir les frontières.
Néanmoins, tout laisse présager que ces mobilisations à la tournure inédite sont dors et déjà un revers pour le régime très autoritaire du parti Nour Otan au pouvoir depuis l’indépendance.

Le président promet « une réponse ferme ». A suivre…

https://www.facebook.com/cerveauxnondisponibles/

https://fb.watch/amMM1VMw_X/

https://fb.watch/amUYA1yDHr/

https://fb.watch/anYmSVRt_7/

https://dai.ly/k5tNAeGhEu8Wd2xwm7M

https://youtu.be/sTd3kVpj2Ik
https://youtu.be/sh05TsnEMNg
https://youtu.be/xDHPGyN7Pl0
https://youtu.be/qH8cjovuYEU
https://youtu.be/dXzeYWF3mdU

Les anarchistes russes solidaires
de la révolte du Kazkhstan

Les anarcho-syndicalistes et les anarchistes de Russie expriment leur pleine et entière solidarité avec la protestation sociale des travailleurs du Kazakhstan et leur envoient leurs cordiales salutations !

L’explosion actuelle de protestation sociale au Kazakhstan, l’une des plus marquantes et des plus brillantes depuis le début du nouveau siècle, est devenue l’apogée de la vague de grèves des travailleurs du pétrole et d’autres catégories de travailleurs du pays, qui n’a pas arrêté depuis l’été dernier.

Les travailleurs du Kazakhstan se sont progressivement remis du terrible massacre des prolétaires, organisé en 2011 par le régime dictatorial de Nazarbayev, et ont commencé à rechercher constamment des salaires plus élevés et la possibilité de créer des syndicats et d’autres associations de travailleurs.

La pauvreté de la majorité de la population, l’exploitation cruelle du travail, la hausse des prix, l’oppression quotidienne et l’absence de droits rendaient la position des travailleurs insupportable et les a obligés à se lever pour protester. La goutte d’eau a été le licenciement de dizaines de milliers de travailleurs du pétrole en décembre 2021, l’instauration d’une dictature « sanitaire » sous prétexte de « lutter contre la pandémie » et une augmentation draconienne des prix du gaz.

Le 3 janvier, une grève générale des travailleurs a commencé dans la région de Mangistau, qui s’est rapidement étendue à d’autres régions du pays. Dans l’ancienne capitale du Kazakhstan, Almaty, des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces répressives ; il y a des dizaines voire des centaines de personnes tuées et blessées.

Pendant les manifestations, des personnes défavorisées, principalement des jeunes chômeurs et des migrants internes, ont commis des actes d’expropriation populaire, détruisant de nombreux grands centres commerciaux, magasins et succursales bancaires. Dans un certain nombre de cas, les troupes ont refusé d’ouvrir le feu sur les rebelles.

La protestation dans le pays est spontanée et non coordonnée ; par conséquent, ses participants ont avancé une variété de slogans et de revendications souvent contradictoires. Nous, en tant qu’anarchistes, soutenons avant tout ceux d’entre eux qui ont une orientation sociale distincte et sans équivoque et distinguent nettement la grève et le soulèvement au Kazakhstan des nombreuses manifestations électorales et coups d’État politiques de ces dernières années.

Ces revendications se sont propagées lors des rassemblements de protestation et des mouvements sociaux : abolition de la hausse des prix du gaz ; augmentation des salaires de 100 % ; annulation du relèvement de l’âge de la retraite; prendre des mesures pour lutter contre le chômage; abolition de la vaccination obligatoire contre le COVID-19, confinements et mesures de ségrégation discriminatoires, etc.

Afin de mettre fin à la révolte sociale et de gagner du temps, le régime effrayé a été contraint de faire des concessions : déclarer une baisse des prix du gaz, geler les prix des biens « socialement importants » pendant 180 jours, limoger le gouvernement et destituer le dictateur de facto du poste de chef du Conseil de sécurité du Kazakhstan, le milliardaire Nazarbayev. Mais rien de tout cela n’a aidé. Les compagnies pétrolières occidentales ont exigé avec insistance que le président Tokayev rétablisse l’ordre capitaliste. Les dirigeants du pays ont imposé l’état d’urgence et des couvre-feux, interdit les rassemblements et les grèves, et lancé des opérations punitives contre les manifestants et les émeutiers, répandant des flots de sang et arrêtant des milliers de personnes.

À la demande du régime kazakh, des troupes d’un certain nombre de pays du bloc militaro-politique dirigé par la Fédération de Russie sont arrivées dans le pays pour réprimer les manifestations sociales. Ces militaires sont appelés à remplir le rôle de gendarme du capital mondial et à piétiner les flammes de la rébellion sociale pour éviter que son exemple, ses slogans et ses revendications se répandent dans d’autres pays, que ne se répandent les grèves des travailleurs et les manifestations de masse contre la dictature « sanitaire » généralisée et ses apartés.

Nous, anarcho-syndicalistes et anarchistes russes, condamnons fermement toutes répressions des protestations sociales des travailleurs du Kazakhstan et la honteuse intervention étrangère contre-révolutionnaire menée par le Kremlin.

Nous condamnons toutes tentatives des politiciens de tous bords d’utiliser la protestation sociale des travailleurs kazakhs pour se hisser eux-mêmes au sommet du pouvoir et accaparer les biens en leur faveur.

Nous nous tenons fermement, résolument et sans la moindre hésitation du côté de la révolte sociale actuelle au Kazakhstan et appelons les travailleurs de Russie et du monde entier à faire preuve de solidarité concrète avec elle.

SATISFACTION DES EXIGENCES SOCIALES DES TRAVAILLEURS DU KAZAKHSTAN !

ARRÊTEZ DE RÉPRIMER LES MANIFESTATIONS AU KAZAKHSTAN ET LA RÉPRESSION CONTRE LEURS PARTICIPANTS !

LIBERTÉ POUR TOUS LES PROTESTATAIRES ARRÊTÉS !

PAS D’INTERVENTION MILITAIRE ETRANGERE !

HONTE AUX PROFITEURS !

Initiative anarchiste StopTotalControl

https://monde-libertaire.net/?article=Les_anarchistes_russes_solidaires_de_la_revolte_du_Kazkhstan

SOULÈVEMENT AU KAZAKHSTAN
SOULÈVEMENT AU KAZAKHSTAN
SOULÈVEMENT AU KAZAKHSTAN
SOULÈVEMENT AU KAZAKHSTAN
SOULÈVEMENT AU KAZAKHSTAN
SOULÈVEMENT AU KAZAKHSTAN
SOULÈVEMENT AU KAZAKHSTAN

Publié dans solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article