Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Collectif feignasse

Collectif des sans emploi, chômeurs, précaires, et tous ceux qui sont privés de moyen d’existence... feignasse[AT]riseup.net

"NOUS METTRE À L'ÉCOLE DU CAPITALISME D’ÉTAT DES ALLEMANDS" Lénine

Publié le 24 Juillet 2017 par Collectif Feignasse

Une autre citation bien connue de Lénine qui montre la véritable nature du modèle bolchevique comme modernisation de rattrapage bourgeoise, c'est toujours tiré du texte de Lénine écrit en mai 1918 « Sur l'infantilisme de "gauche" et les idées petites bourgeoises » :

« Tant que la révolution tarde encore à "éclore" en Allemagne, notre devoir est de nous mettre à l'école du capitalisme d'Etat des Allemands, de nous appliquer de tous nos forces à l'assimiler, de ne pas ménager les procédés dictatoriaux pour l'implanter en Russie encore plus vite que ne l'a fait Pierre I° pour les mœurs occidentales dans la vieille Russie barbare, sans reculer devant l'emploi de méthodes barbares contre la barbarie. S'il se trouve, parmi les anarchistes et les socialistes révolutionnaires de gauche (je me suis, sans le vouloir, souvenu des discours prononcés par Karéline et Gué au Comité exécutif), des gens capables de tenir des raisonnements à la Narcisse comme quoi il ne serait pas digne de nous autres, révolutionnaires, de "nous mettre à l'école" de l'impérialisme allemand, il faut leur dire ceci : une révolution qui prend ces gens au sérieux serait perdue sans rémission (et l'aurait bien mérité). » (fin de citation).

On y voit l'identité (et la continuité) dans l'effort de modernisation que Lénine établit entre les politiques des tsars et ce que doivent faire les bolcheviques. Nous retrouvons la même continuité modernisatrice entre les rois français, les physiocrates et l'oeuvre des révolutionnaires français, un lien interne pointé dans "L'Ancien régime et la Révolution" par Tocqueville, pour ce qui est de la modernisation des formes de l'Etat français. Dans la révolution russe, c'est ainsi le problème de la modernisation bourgeoise de rattrapage qui prit le masque d'un "problème du socialisme réel" et fut réécrit comme tel. La violence de la modernisation de rattrapage bourgeoise-soviétique était un condensé en accéléré des deux cents ans de feu et de sang de l'accumulation primitive de l'ouest-européen : étatisme néo-mercantiliste, révolution française et jacobinisme, "accumulation primitive socialiste" (Preobrazhensky), éthique "protestante" du travail, processus d'industrialisation et modèle de l'économie de guerre de l'Empire allemand (la fameuse référence à la poste allemande et aux chemins de fer). La forme phénoménale du côté abstrait du travail, c'est-à-dire le côté concret du travail, dans sa nouvelle configuration taylorisée, devait aussi servir selon Lénine à une rationalisation de toute la société : pourquoi seul le procès de travail devait en bénéficier ? (franchement...). Il est clair que la modernisation de rattrapage allemande de la seconde moitié du XIXe siècle, aura été perçue comme un modèle par quantité de personnes dans le mouvement ouvrier et pas seulement (voir notamment l'Empire ottoman et le Japon de Meiji). En fait, le "socialisme" allait être identique à l' "Etat rationnel" de J.-G. Fichte, qui dès le début du XIXe siècle, avait déjà fourni sans le savoir le modèle de toutes les futures vagues de modernisation de rattrapage, européennes, japonaise, russe comme celles issues des décolonisations qui suivront après la Seconde guerre mondiale (les dictatures de modernisation).

Le "marché planifié" de l'Est, comme son nom l'indique, ne négligeait en rien les formes sociales et les catégories du système producteur de marchandises. En conséquence, dans le "socialisme réel" apparaissaient toutes les catégories fondamentales du rapport-capital : salaire, valeur et profit. Cet lien interne entre la révolution d'octobre et la Russie de Vladimir Poutine est logiquement reconnu et affirmé par ce dernier quand il reconnait la fonction modernisatrice fondamentale endossée par l'URSS pour la Russie d'aujourd'hui : « Ce dont je vous fais part ici, ce sont mes conclusions personnelles. L’économie planifiée a certains avantages, elle offre la possibilité de concentrer les ressources de l’État vers la réalisation de tâches essentielles. C’est ainsi qu’ont été résolues les questions de santé publique, ce qui est un mérite incontestable du Parti communiste de l’époque. Ainsi qu’ont été résolues les questions d’éducation – mérite incontestable du Parti communiste de l’époque. C’est ainsi qu’ont été résolues les questions d’industrialisation, et particulièrement en matière de défense. Je pense que sans concentration des ressources étatiques, l’Union soviétique n’aurait pas pu se préparer à la guerre contre l’Allemagne nazie. Et grande aurait été l’éventualité d’un échec, avec des conséquences catastrophiques pour notre structure étatique, pour le peuple russe et les autres peuples de l’Union soviétique. Et donc, il y a, effectivement, d’incontestables avantages » (discours de Vladimir Poutine du 24 janvier 2016).

Seule une pensée "classiste" qui s'est pris les pieds dans le tapis du sociologisme et du réductionnisme phénoménologique, pouvait et peut encore perdre de vue l'identité formelle entre les différentes voies et étapes de la "modernisation" bourgeoise. Cette tradition étatiste de la modernité primitive, reste l'héritage direct de l'étatisme de la gauche actuelle et un obstacle majeur pour toute transformation radicale du présent.

Palim Psao

Commenter cet article